ABSTRACTS february 15, 2019–Amélie Macaud, chloë théault

L’ART ET LA PROMOTION EN PHOTOGRAPHIE

 

Amélie Macaud : “Les photographies d’auteur dans l’espace public ; de promotion dans la presse écrite à adoration en ligne, ou la réception professionnelle et amateure de l’image de Charles Bukowski”

Dès ses premiers pas vers la reconnaissance littéraire, Charles Bukowski, auteur américain d’origineallemande (1920-1994) a utilisé les photographies à son avantage, utilisant tous les codes littéraires et visuels. On retrouve Bukowski en vacances, Bukowski au travail, Bukowski chez lui, Bukowski aux courses, Bukowski en portrait-vignette sur ou à l’intérieur de ses livres. Les multitudes dephotographies prises par divers photographes, professionnels comme Michael Montfort, ou amateurs comme une ex-petite amie Liza Williams, ont permis de mettre en image le persona créépar l’auteur dans ses écrits au travers son narrateur Henri Chinaski, et retranscrit dans la vie réellelors d’interviews ou d’entretiens télévisés ou dans la presse écrite. En France, il devient connu après son passage à l’émission télévisée Apostrophes en 1978. À partir de cet instant, la presse s’attache àcette image de poète alcoolique, cette « posture » comme dirait Jérome Meizoz. Les photographies se retrouvant dans la presse écrite (provenant en général de la maison d’édition de l’auteur enFrance, Grasset) décrivent cette montée en puissance de Bukowski, de plus en plus visible. Onpasse d’une photographie où seuls les yeux de l’auteur sont visibles en 1977, à des photo-portraits, pour finir avec plusieurs photos dont une en plain-pied, lors d’un article nécrologique sur l’auteuren 1994. Les thèmes et titres attachés à ces photographies démontrent la réception des lecteurs professionnels, de cet auteur passé par la petite porte pour devenir une célébrité dans l’hexagone, avant de retomber plus ou moins dans l’oubli.

Jusqu’à ce qu’internet ouvre une multitude de nouvelles portes, liens, connections, à ce poète « maudit ». Ces photographies se retrouvent alors dans les forums ou les sites internet en son hommage, le « héro » de ses lecteurs, toutes nationalités comprises, internet ne connaissant pas vraiment de frontières. Les photographies, utilisées de manière promotionnelles dans la presse des années 70-90, deviennent des odes à l’auteur. Des textes, sous forme de citations ou extraits de textes de Bukowski intégrés aux photographies, deviennent partie intégrante de l’image. Il apparait ainsi une nouvelle manière d’incorporer le texte à l’image, l’imagetext de WJT Mitchell, afin d’enfaire un nouveau mode de transport de savoirs, un devoir de mémoire dont les lecteurs disposent librement. Il ne s’agit pas désormais de connaître toute l’œuvre de l’auteur, ni simplement son visage, mais bien ces citations les plus célèbres, associées à son visage, son portrait, par l’utilisationde photographies vues et revues sur réseaux sociaux. Ainsi, l’image de l’auteur se confond avec son texte, et permet cette construction de mémoire en ligne. Les photographies, utilisées en tant que « fond d’écran » d’une textualité tronquée sous forme de citations, permettent aujourd’hui cettevisibilité, et cette lisibilité d’un auteur considéré comme mineur du XXème siècle.

Afin d’expliquer ce déplacement de la publication et du rôle des photographies chez Charles Bukowski, nous décrirons dans un premier point de quelle manière les médias traditionnels (avec l’exemple de la presse française et un travail d’archives à l’IMEC) ont utilisé les photographies de l’auteur, et ainsi reçu mais aussi créé l’image d’auteur dans l’hexagone, en l’y associant à des thèmes récurrents (le poète punk, le poète beat, le poète maudit, alcoolique, homme à femmes etc), et comment le nouveau médium internet a permis un transfert de la réception et un renouvellement de l’image de l’auteur, par des lecteurs dits « amateurs », lui donnant une image plus attachée à son texte, qu’à son persona, même si textualité et persona restent très unies dans le monde bukowskien.

Chloë Théault : La photographie comme outil de promotion de l’œuvre sculptée : l’exemplaire d’Henry Moore

Le sculpteur Henry Moore (1898-1986) est l’un des artistes anglais du 20è siècle les plus renommés. Concomitamment à sa pratique du dessin et de la sculpture, Moore a également utilisé de manière extensive la photographie, cela dans trois directions : pour garder la mémoire de la création en train de se faire, pour promouvoir son œuvre, et enfin pour façonner son identité d’artiste. Si pour Moore la photographie n’a pas été élevée au rang d’objet artistique, elle n’apparaît cependant pas comme une simple démarche documentaire : elle a été un outil puissant de diffusion et de promotion. La photographie a ainsi pleinement aidé à la diffusion de l’œuvre de Moore à travers le monde. Je montrerai notamment la façon dont la figure de l’artiste a évolué au cours des décennies, et comment l’image photographique de la sculpture de Moore autant que de l’artiste lui-même a aidé à sa pleine acceptation par le grand public, en gommant par exemple les aspects les plus sombres de son œuvre.

Ce travail sera la restitution d’un programme de recherches mené à l’Institut Henry Moore de Leeds et à la Fondation Henry Moore de Perry Green (octobre-novembre 2018). Je me propose aussi d’aborder des questions méthodologiques (quel statut accorder aux photographies d’Henry Moore ? Sont-elles archives ou œuvres ? Comment en définir les auteurs, et par-là la place de Moore dans leur conception ?) et de faire une présentation des fonds de la Fondation Henry Moore.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.