Abstracts MARCH 29, 2019-Elodie Grossi, Federica Soletta

PHOTOGRAPHY AND EXPRESSIONS OF THE VERNACULAR

 

Élodie Grossi, Université Paris Diderot- Photographier la race et la folie : interroger la représentation du travail thérapeutique des patients noirs et blancs dans les asiles du Sud des États-Unis

Cette communication s’appuie sur mes recherches doctorales en sociologie historique et civilisation américaine qui visent à explorer l’histoire sociale de la psychiatrie racialisée dans le Sud ségrégué et la médicalisation du corps noir du XIXe siècle jusqu’à l’époque contemporaine. À la fin du XIXème siècle, de nombreux hôpitaux psychiatriques et asiles ségrégués ouvrirent dans les États du Sud des Etats-Unis. Alors que la variable raciale commençait à être convoquée dans les études sur la folie à partir des années 1840, on observe, au cours du XIXe siècle, l’émergence d’un système de classification des pathologies et de routines appliquées aux corps noirs et blancs élaborés par les aliénistes sudistes pour contraindre et « guérir » les patients noirs dans ces espaces séparés.

Je me propose ici d’examiner un large corpus de photographies prises entre 1870 et 1920 dans plusieurs institutions de Virginie, Caroline du Nord et Louisiane qui mettent en scène le travail thérapeutique et les activités proposés par les intendants et le personnel hospitalier aux patients blancs et noirs. Ces photographies documentaires, publiées dans les rapports annuels des institutions et présentées à l’administration du gouverneur de chaque État pour justifier de leur bon fonctionnement font l’objet de nombreux questionnement. Mises en scène, elles représentent néanmoins un matériau d’archive incontournable pour l’historien ou l’historienne confrontée à ces sources : les loisirs ainsi que les travaux physiques imposés par les aliénistes aux patients sont immortalisés par ces archives photographiques, qui donnent à voir sous un jour nouveau l’« apartheid médical » organisé par les aliénistes blancs pour guérir et contraindre les corps racialisés et genrés1. Cette communication sera l’occasion de penser de manière réflexive à la place de ces photographies dans les archives de ces institutions, les possibilités qu’elles donnent parfois de combler le « silence des archives » où les voix des patients et patients ne sont que rarement présentes, ainsi que leurs limites épistémologiques2. On s’intéressera également aux possibilités qu’elles offrent de construire, ou du moins de contribuer à une mémoire collective du traumatisme et de la violence médicale et psychiatrique sur les corps noirs.

 

1 L’expression est tirée du livre suivant : Harriet Washington, Medical Apartheid: The Dark History of Medical Experimentation on Black Americans from Colonial Times to the Present, Anchor, 2008.

2 Voir Rodney G.S. Carter, “Of Things Said and Unsaid: Power, Archival Silences, and Power in Silence”, Archivaria, vol. 61, 2006, p.215-233.

 

Federica Soletta, Princeton University-The Porch: A Family Portrait of America

Family photographs are everywhere. Before the camera people pose, play, or smile in the most diverse settings and against a variety of backdrops. Yet when I started collecting American vintage family prints, I noticed the discrete yet consistent presence of an architectural element recurring innumerable times: my punctum had the shape of a structural frame, the American porch.

In the photographs analyzed in this paper, the spatial frame becomes a further common element, a link connecting the family photograph of a society. Since the end of the nineteenth century, the American porch, seen and lived as both a privately intimate and a socially public space, becomes a privileged site for family photographic portraits creating a cultural, social, and personal genre. Every kind of memory is recorded there: the smiling family group, the old lady knitting, the happy child with his toy, the friends ready to go out. If the architecture of the porch is a transversal element, present in Victorian mansions, landowner houses, and low-income habitations across the country, the photographs are also temporally and spatially ubiquitous. They bring fragments of America’s past into the present and future: they bear the traces of the immigrant waves of the 19th and early 20th centuries, of the suburban growth of the 50’s and 60’s, of economic booms and crashes.

Although they display multiple identities of a country, the photographs distance themselves from the documentation of, for instance, Walker Evans or Dorothea Lange. Both authors define and illustrate a specific part of the country, showing its contradictions and its degradation, but they do so with the exactitude of the external eyes of the photographer. The familial atmosphere that is instead visible in these vernacular images reveals an innocence of intention: the porch was a successful place where the everyday life was experienced, was photographed, passed by.

Showing the porch as an unwitting testimony of family life and memory, a protected place in which to be photographed, the paper will illustrate how these photographs also narrate a wider story, a larger family, materially linked with American life and its identity, its memory and collectivity.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.