31 mars 2017 – Lise Delmas, « Our history is far stranger than you suspect » : Usages de la photographie dans la construction de l’histoire africaine-américaine

« Our history is far stranger than you suspect[1] » : Usages de la photographie dans la construction de l’histoire africaine-américaine

 

Cette communication explore les liens entre la photographie et l’histoire africaine-américaine et analyse la place centrale de cette technologie dans la construction historique et mémorielle noire. Comme le souligne l’historienne Leigh Raiford, professeur d’études africaines-américaines à l’université de Berkeley : « Photography stands at the crossroads of history and memory. This intersection is certainly not uncomplicated  or unvexed[2]. »

Afin d’explorer ces relations complexes, l’analyse s’articule autour du concept des lieux de mémoire (théorisé par l’historien français Pierre Nora en 1984[3]), qui désigne  la cristallisation du souvenir, par définition intime, mouvant et subjectif, dans le concret de l’archive et du commémoratif.

Les lieux de mémoire, comme le rappellent Geneviève Fabre et Robert O’Mealy en reprenant cette notion dans l’ouvrage History and Memory in African-American Culture, sont des objets d’une immense diversité, dates anniversaire, endroits, personnages ou oeuvres, investis à la fois par l’affectif du souvenir et l’utilitaire de l’histoire.

En considérant la photographie comme un lieu de mémoire particulièrement important pour la communauté noire, cette communication s’intéresse à la place du médium dans les tensions qui caractérisent les processus d’écriture de l’histoire noire aux Etats-Unis.

L’analyse de trois usages de la photographie dans la construction historique africaine-américaine structure le développement :

 

1 – La photographie comme miroir (dé)formant de l’altérité

En prenant comme exemples des daguerréotypes d’esclaves et d’abolitionnistes datant du XIXe siècle, cette partie considère la photographie comme un outil d’appréhension et de définition de l’autre et de soi, dont les Noirs furent certes victimes, mais qu’ils parvinrent à maîtriser et à utiliser afin d’opposer une contre-vision à l’altérité déformée et fantasmée produite par la classe blanche dominante.

 

2 – La photographie comme témoin intime d’une mémoire collective

Ce paragraphe sconsidère le rôle des images au sein de la famille et de la communauté. En s’appuyant sur des photographies de James Van Der Zee, Morgan et Marvin Smith et de Gordon Parks, nous montrons en quoi les clichés photographiques acquirent une signification particulière pour la communauté africaine-américaine, en les analysant notamment à la lumière du concept de résistance.

 

3 – La photographie comme instrument de lutte politique

Nous nous intéressons ici à l’instrumentalisation de la photographie par les acteurs des mouvements de lutte africains-américains, plus précisément la NAACP et le Black Panther Party, en analysant comment ces deux entités se sont emparé de l’iconographie du lynchage pour servir leurs luttes politiques.

 

[1] Richard Wright, 12 Million Black Voices, New York, Basic Books, 2002 [1941], p.16.

[2] Leigh Raiford, « Photography and the Practices of Critical Black Memory », History and Theory Theme Issue, 48, Décembre 2009, p. 118.

[3] Pierre Nora (dir.), « Entre mémoire et histoire », Les lieux de mémoire, Gallimard, Paris, 1984.

 

 

______

Lise Delmas, doctorante contractuelle à l’Université de Bretagne Occidentale, à Brest. Actuellement inscrite en deuxième année de doctorat, sous la direction de Marie-Christine Agosto, dans le laboratoire HCTI (Héritages et Constructions dans le Texte et l’Image, EA 4249). Mon sujet de thèse porte sur la construction d’une visibilité africaine-américaine dans l’oeuvre photographique de Gordon Parks.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.